• Default
    • View 1
    • View 2
    • View 3
    • View 4
    • Titre 1
    • Titre 2
    • Chargement...

Togo

  • 2 commentaires
Peyrach
CHARLES WALLA AZOUMARO FAIT BLOCQUER LES COMPTES DE TOGOTELECOM

Les comptes de Togotélécom bloqués par AFRIATECH

De sources proches du ministère des Postes et de l’Economie Numérique, la société African Advanced Technology (AFRIATECH) aurait fait bloquer les comptes de Togotélécom.

Il se sussure que dans les années 2008, cette société aurait livré des terminaux à Togotélécom, constitués de plusieurs types d’appareils de marque ILLICO. En ce temps, Togotélécom aurait rejeté les appareils au motif qu’ils ne correspondraient pas aux cahiers de charges dûment signés. Mais ses responsables n’ont jamais renvoyé la cargaison d’appareils au destinataire, AFRIATECH, et les aurait gardés à ce jour dans les magasins de leur société. L’affaire fut portée devant les tribunaux et récemment, une décision a condamné Togotélécom à payer le montant de la commande. C’est ainsi que depuis jeudi dernier, les comptes de Togotélécom sont bloqués dans toutes les banques de la place. Mais chose ahurissante, cette situation n’a pas empêché le Directeur général, Tagba Atafeitom de modifier son emploi du temps. Il serait parti le même jour au soir pour prendre du bon temps dans son village à Pya, alors qu’on était jeudi.

Rappelons tout de même que le débauchage de Sam Bikassam du poste de Directeur général a été consécutif à un audit qui avait étalé toutes les incuries dont l’ancienne Direction s’était rendue coupable. Mais non seulement l’audit n’a jamais été rendu public par la Cour des Comptes, pire, l’auteur des écarts de gestion n’a jamais été inquiété. Il ne serait pas surprenant que les contribuables retrouvent le même Bikassam dans le cercle restreint de Faure Gnassingbé un de ces jours. Comme quoi, au Togo, ce sont l’impunité et la médiocrité qui sont promues.

Les clés du succès de la transformation

Le vin est tiré, il faut donc le boire. Les syndicats ne sont pas en marge de la transformation en cours, et soucieux de jouer leur partition, proposent des clés afin que la holding ne ressemble pas à un éléphant blanc. C’est ainsi qu’ils recommandent une orientation de la holding vers le numérique, la bonne gouvernance et la mobilisation du personnel.

S’agissant de l’orientation vers le numérique, cette option stratégique et d’actualité est une opportunité à ne pas négliger pour le nouveau départ. « L’Internet n’est rentré dans l’utilisation du commun des utilisateurs que par la prolifération des applications et contenus. Le nouveau groupe ne doit ni négliger, ni s’éloigner de la production de contenus », proposent les syndicats.

Parlant de la bonne gouvernance des entreprises, il est proposé que « tous les postes de responsabilité dans le nouveau groupe doivent faire l’objet d’appel à candidature. Le cahier des charges qui comprend la lettre de mission permettra d’évaluer individuellement et de décider du maintien à un poste sans clientélisme ». Ensuite, « les conseils d’administration doivent cesser d’être complaisants envers les directeurs généraux et jouer pleinement leur rôle ». Enfin, les conseils de surveillance « doivent chercher à avoir le contact avec tous les partenaires sociaux pour s’assurer que les directives données sont répercutées dans l’entreprise, leur perception par tous les acteurs de l’entreprise et le degré de mobilisation des travailleurs ».

Au sujet de la mobilisation du personnel, les syndicats estiment que les ressources humaines sont le premier capital de toute entreprise. « Elles sont inestimables et viennent avant le capital financier. Avoir le consentement du personnel pour un projet, c’est réussir déjà à 50% son projet », affirment-ils. Malheureusement, les syndicats constatent que le personnel est très peu associé au projet de transformation. Aussi proposent-ils d’associer les partenaires sociaux dans cette ultime phase de transformation pour que le groupe Togocom soit géré en symbiose. Mais non sans proposer une démarche dans la négociation des aspects sociaux : état des lieux et solde du passé ; définition du nouveau socle de travail et engagement des différentes parties.

Les futurs responsables et la ministre de tutelle sauront-ils prendre la mesure du mémorandum du Syndicat Libre des Postes et Télécommunications (SYLPOSTEL) ? Encore 15 semaines avant le démarrage des activités du groupe Togocom. Reste à savoir si tout sera réglé dans ce délai apparemment long, mais qui peut s’avérer très court au vu de l’agenda à remplir par dame Cina et autres. Une chose est sûre, sans des travailleurs convaincus du projet, rien ne fontionnera.

De la moralité du nouveau Président du conseil d’administration, il n’en sera pas question dans cet article, LIBERTE ayant déjà en novembre 2012 relayé les faits d’armes de l’homme. Il revient à chacun de déterminer si le gouvernement actuel tient à la promotion de la jeunesse ou si son credo reste : on prend les mêmes et on recommence, peu importe leur moralité !

Abbé Faria
 
Répondre -
Peyrach http://www.togosite.com/index.php/togo/8576-togo-les-comptes-de-togotelecom-bloques-par-afriatech
 
Répondre -
Dernières Collections